Oto


beat traffic le 07/02/2013

Beat Traffic le jeurdi 7 février 2013 dans frequence club

 

 

La rediffusion de l’émission (clicquer sur la flèche) :

Jeudi 7 Février retrouvez dès 19h :

Une partie de la team Beat Traffic avec :

Ils vont proposeront un set purement TECHNO 100% vinyls !

Vous retrouverez des labels tel que : Primate, fumakilla, minisketch, cyber, minus, attacks, news, mobilee, filter, safari, ban com tim, clockwork, reload,trust the dj, high octane, over drive, pro-jex, stickman, elephtanthaus, +8, et bien d’autre pour votre plus grand bonheur.

 Pour écouter l’émission en directe via internet, de 19h à 22H ce jeudi 7 février clics ICI

 

Bio de Jan Van Rijsel :

Nourri sur les riffs barrés de Jimi Hendrix ou de Frank Zappa, la petite enfance de Jan Van Rijsel fut marquée par sa rencontre avec la synthé-pop-rock et la New Wave des années 1980’s.

Ayant vécu la période où l’Acid Music et New Beat battaient leurs pleins, il connut la révélation en 1991, lorsqu’il rencontra la fée Alice D. in Wonderland qui fredonnait sa chanson : Time problem.

En 1994, il commence à suivre le lapin blanc sur les dancefloors de clubs belges de renom : Lagoa, Nova, Fuse, Cherry Moon, H2O, Rêve d’Ô, Café d’Anvers… Début d’une longue histoire d’amour.

En 1997, il croise sur son chemin Dj Manu B. (Nemektron / Star Rock Café) qui lui enseignera les rudiments du mix : beatmatch et technique de callage. Pour lui, le vinyle devient une passion, un objet de collection, le moyen de diffuser un ressenti, une émotion. Le craquement sublime la nostalgie et la profondeur de la basse catalyse l’énergie.

En 2008, il migre à Lille, centre névralgique de la culture underground, et il commence alors à partager la musique qu’il aime, en se produisant dans des bars et clubs, dont le Kiosk Club et l’Etik Club. Son style est résolument orienté techno et minimale, un style confluent aux sonorités rock, new-wave et techno, style qui s’est affiné au fil des années.

En Septembre 2011, il intègre le collectif associatif Beat Traffic.
Il a joué aux cotés d’artistes tels que Czeski (Kiosk – FR), Ice (Galaxie FM / Beat Traffic – FR), Bern (Traum Schallplatten / Toys For Boys Records – FR), Guillom (Signaletik Rec / Etik – FR), PSLKTR (Meant Records – FR), The Jelly Bellys (Ketaloco / FM Brussel – BE), Jonas Bering (Kompakt – FR), Michaël Forzza (Perimeter records / Figure – BE), John Sparks (Shelter 54 – BE), Maxime Dangles (Kompakt / Skryptöm – FR), Gaiser (Minus – DE), Luke Slater (Mote Evolver – UK) …

 

 


Beat Traffic 08 11 2012 with EÏ Oto & Oliver Beach

Ce jeudi 8 novembre 2012 Beat traffic  a débarqué sur les ondes de frequence club avec notre ami EÏ OTO & Oliver Beach.

 

 Accès à la playlist  du set Fréquence Club on Mixcloud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parlons d’Oliver Beach :

1993, année de la révélation.

Suite à une soirée passée dans le célèbre club belge, Cherry Moon à Lokeren, Oliver Beach est contaminé par le virus techno.

Les premiers événements techno (festivals et soirées), organisés en Belgique (avant gardiste en la matière), auxquels il participe, vont l’amener à faire ses premières acquisitions de disques vinyles dès 1994, des achats orientés vers des labels tels que Dance Opéra, Missile et bien d’autres.

Il va développer sa culture musicale et affiner son style musical au gré de ses escapades nocturnes sur les dancefloors belges tels que l’Activy, l’At The Villa, The Church… à une époque où il n’était pas rare de voir derrière les platines des Jeff Mills, Laurent Garnier, Moby et autres djs de renom.

Ses bookings dans des clubs belges (Bush, Cube, Opus…), des clubs lillois (Kiosk, Etik…) et sur des festivals (Sunshine Party, DK Night…) vont l’amener à se produire aux côtés de djs comme Fred Rister, Samuel Sanders, Laurent Warin, Silver Cee, MissGwen, Manatane, Bern, PSLKTR, Dj HS, V.I.N.C.E. …

Parallèlement, il décide de monter une association avec ses amis, Eï Oto et Dj Ice. Beat Traffic voit le jour et l’organisation de soirées se fait autour de 2 axes : partage d’une passion musicale et proximité avec les clubbers.

Pour se résumer, Oliver Beach utilise les termes suivants : I love music, music it’s life !

Un petit set d’oliver Beach en bonus :

 

Parlons un peu d’Eï oto :

De notre correspondant à Lille.
« Il est indéniable qu’EÏ Oto compte parmi les DJ les plus atypique de la métropole lilloise » c’est ce qu’il a affirmé samedi dernier à un parterre de journalistes rassemblés à Lille pour le rencontrer.
Cette déclaration nous pousse à revenir sur la carrière d’Eï Oto.

Né en 1994 à l’age de 15 ans, sous la pyramide d’un dancefloor belge, EÏ Oto n’a, depuis, eu de cesse d’épater la galerie par ces incessants apports dans le monde de la culture et de la débauche, en particuliers au sein du monde de la nuit de Lille, de France et de Navarre.
EÏ Oto a entamé son chemin vers la gloire en créant des concepts (Love Boat, Sink houseboat, Plume of smoke…co-fondateur de Beat traffic) qui devinrent depuis le summum de la distinction pour tout clubber underground. En effet, qui n’a pas jamais exhibé fièrement les flyers d’une de ces soirées à une foule de nightclubbers, moderne et envieuse ?
Pour cela, les habitants de la planète entière et en particulier du Nord de la France lui sont reconnaissants.

C’est par un beau jour en Mars qu’Eï Oto (à l’époque connu sous le pseudo « djeï ») rencontre Dj Ice puis Oliver Beach. Il décide alors de partir en conquête, s’appuyant sur son talent et sur le prestige de son invention : Beat Traffic.
Oliver dira plus tard de lui : « ce qui m’a fait le plus craquer chez EÏ, c’est la proéminence de ses oreilles! » Elles ne s’en sont d’ailleurs jamais remises depuis.
Pour EÏ Oto, c’est une révélation, il s’attelle à donner le meilleur pour le public des arts électroniques.

Inconditionnel de lieux éclectiques, il apprécie écouter et partager sa culture, celle de la techno. Il aime tout ce qui touche aux nouvelles technologies et à la musique (Techno / House Funky / Disco / Progressive & Minimal). Il est également nostalgique de la musique Retro (omniprésente sur Soundsystem Galaxie).
Suite à sa résidence au Magnum Café (Lille, FR) pour ses sessions house, il a été amené à mixer dans différents lieux notamment au Kiosk (Lille, FR), l’Etik club (Lille, Fr), Opus (Tournai, BE), Macumba (Lille, FR), Léz’Art Pub (Comines, BE), Canapé (Comines, BE), 9.6.1 (Lille, FR), Mundakafé (Hénin Beaumont, FR), Fareinight (Lens, FR), Soap café (Lille, FR) ou au Snooker Palace (Lille, FR) avec ses amis Yoshi (amx noisesystm) et Tomass de galaxie.
Il s’est également produit au gala Saint Raphael (La Catho de Lille, FR), aux soirées Crescendo, à la fête de la musique au Café 2 Paris (Lille, FR) avec Soundsystem Galaxie et dans de nombreux événements privés.
En 2008 on a pu également l’entendre, à plusieurs reprises, sur une radio FM pionnière dans le domaine, d’abord en tant que gagnant d’un dj contest puis en tant que guest. Début 2008, il fut résident sur une webradio nommée 100% Vinyl.
Aujourd’hui, après quelques mois d’absence bien mérités, il mixe principalement pour ses nombreux amis, lors de raves ou de soirées privées (telles que les soirées péniche à Lille).

Depuis  juin 2012, vous pouvez le retrouver chaque premier jeudi du mois de 19h à 22h sur fréquence club 107.8fm ou sur www.frequenceclub.com où il réside en compagnie de son ami et animateur Fab pour un show radio en direct.
En tant que grand passionné, il prend un grand plaisir, à voir des gens bouger sur ses sets et déclare que « les gens doivent, sur le dancefloor, s’éclater ». Il espère que vous prendrez du plaisir à découvrir son Univers !
Alors bonne écoute.

Un petit set de Eï otO en cadeau :

 


Beat Traffic du 4 octobre 2012 avec EÏ OTO & Léon Fakt & Kimbo

L’émission Fréquence Club permet l’écoute de musiques du genre « électro minimaliste » créé par des DJs invités en compagnie de l’animateur Fab chaque jeudi sur la bande FM de la radio

Beat Traffic du 4 octobre 2012 !

Dans l’émission frequence club !

Avec EÏ OTO & Léon Fakt & Kimbo, sans oublier notre animateur préféré Fab !

Une vidéo de l’émission by Kimbo :